énsa-v

 

NUÉES

pdf :

Communiqué de presse - Perrine Lievens

expositions

 
NUÉES

Nuées, Perrine Lievens, 2010 © L. Tura, La Maréchalerie

 

NUÉES

Perrine Lievens
Du 27 janvier au 3 avril 2010


C’est la baie vitrée de La Maréchalerie qui a retenu l’attention de Perrine Lievens dans la conception de Nuées. Et plus particulièrement l’étrangeté du point de vue qui est donné à voir lorsque l’on arrive, depuis la ville, sur le lieu d’exposition. Une ambiguïté et un malaise que l’artiste a ressentis et souhaités détourner.

Le point d’ancrage de l’½uvre in situ, la grande baie frontale, est contourné au profit d’un glissement latéral de l’espace, d’ondulations des formes et de l’éclatement des directions. Les lattes d’un plancher sont installées en diagonales par rapport à l’axe central. Le regard s’enfonce et suit les lignes de la perspective, paradoxalement détournées par des n½uds du bois, jusqu’à un point de fuite unique qui culmine dans un lointain brumeux. Des tuyaux de cuivre construisent un autre espace mental. Leurs lignes déterminent un tableau, comme une fenêtre vers un ailleurs, et invitent à chercher son point de fuite à travers le filtre d’un nuage de vapeur.

A l’image d’un jardin japonais, l’agencement des plans ne s’appréhende pas dans sa totalité en une seule représentation. Le visiteur est associé à la composition. En une invitation contemplative et réflexive, par des jeux d’échelles et de perspectives, Perrine Lievens appelle à éprouver le lieu pour embrasser la multiplicité de ses paysages.

Perrine Lievens déplace le sens commun d'objets ou de situations usuels : des pieds en peau de poisson, un balcon en néon, un nuage en sucre, un arc-en-ciel projeté sur un rideau d'eau. A travers sa réappropriation du réel et les associations inusitées entre forme et matière, Perrine Lievens met au jour certaines qualités intrinsèques de ces éléments ou de ces instants. Elle brouille le sens commun du réel et invite le regardeur à s’inventer un nouveau monde, bien souvent sensible et poétique, lyrique et onirique. Les objets et situations semblent fragiles comme en suspens.

Née en 1981, Perrine Lievens vit et travaille à Paris. Elle a reçu le Prix International Takefuji, le Prix LVMH et le Prix Hiscox Start décernés à des jeunes artistes. Son travail a été montré à la Biennale d'Istambul Off, plus récemment au centre d’art contemporain de Chelles, à l’Espace Paul Ricard et à La Maison Rouge à Paris.


Autour de l’exposition

La Publication
Un document d’artiste est édité par
La Maréchalerie à l’occasion de cette exposition.
Taxi Tram
> samedi 20 février 2010
Promenade artistique avec Le Jeu de Paume et
La Maréchalerie.
Inscription obligatoire auprès de TRAM taxitram@tram-idf.fr


 

  retour aux autres expositions